Comment pratiquer la médiation familiale ?

1360

L’entente est ce qui nous permet de vivre ensemble. C’est une qualité qui fait non seulement  évoluer mais constitue également le point de départ d’une relation harmonieuse. Cependant, il peut arriver que dans une famille cette entente peut se trouver en péril à cause de divergences. Toutefois en cas de rupture et dans l’optique de régler les différents à l’amiable, il est possible  de faire appel à la médiation familiale. Mais comment pratiquer la médiation familiale ? Nous apportons réponse à cette question dans cet article. Alors pour plus d’information lisez jusqu’à la fin

Faire le point

Dans cette première étape, il faut vérifier la situation familiale, juridique et financière. Et en fonction de cela, vous pourrez connaître vos priorités, dans quel ordre les choses viennent et quels sont les sujets que vous souhaiteriez aborder. Lorsque cette étape est bien réalisée vous en sortirez avec un plan d’action sur la manière d’agir pour résoudre le conflit.

A découvrir également : Dylan Efron et Zac Efron : la relation des deux frères

Exécuter le plan de match

Le plan de match représente ici, le plan d’action qui a été établi dans la première étape. Dans cette étape alors, il faut exécuter le plan de match. Par exemple pour la garde d’un enfant, on peut décider dans un premier temps de faire une rencontre sur la garde. Deux semaines plus tard, on peut faire une rencontre sur la contribution parentale pour la garde.

Lire également : Gestion efficace des disputes entre frères et sœurs : conseils et stratégies éprouvées

Le résumé des ententes

Ce document est un brouillon de l’entente entre les parties. A ce stade, il est recommandé de consulter quelqu’un pour être sûre que ce brouillon convient à la partie adverse. La médiation se termine lorsque le brouillon est satisfaisant pour les deux camps.

Pourquoi faire la médiation familiale

La médiation familiale présente de nombreux avantages. Déjà, elle permet une liberté de décision. En effet, en évitant l’aléa du procès, vous restez maître du processus et abordez sereinement les différents niveaux du conflit. Aussi, la médiation familiale vous fait gagner du temps. En effet, il suffit de quelques séances d’une  à deux heures sur 3 à 6 mois consacrées à la prévention ou à la résolution du conflit.

Un autre avantage de la médiation familiale, c’est la confidence. Les mots échangés et les documents produits restent parfaitement secrets à l’égard des tiers (y compris à l’égard du juge). Vous ne communiquez à l’extérieur que ce que vous décidez ensemble et vous êtes protégés par différents textes (loi, jurisprudence, convention de mise en œuvre du CYM.

Choisir un médiateur qualifié

Lorsque vous décidez de faire appel à la médiation familiale, il est crucial de choisir un médiateur qualifié. En effet, le choix du médiateur aura un impact direct sur l’efficacité et la qualité du processus de médiation. Mais comment trouver le bon spécialiste pour accompagner votre famille dans cette démarche ? Voici quelques critères à prendre en compte.

Assurez-vous que le médiateur possède une formation solide dans le domaine de la médiation familiale. Il devrait avoir suivi des cours spécifiques et être certifié par une institution reconnue. Cela garantit qu’il maîtrise les techniques nécessaires pour faciliter les échanges entre les parties et favoriser la recherche d’un accord satisfaisant.

Vérifiez si le professionnel a une expérience significative en matière de résolution des conflits familiaux. Une pratique régulière lui permettra d’avoir acquis une expertise précieuse dans ce domaine particulier. N’hésitez pas à demander des références

Prendre en compte les intérêts des enfants

Lorsque l’on aborde la question de la médiation familiale, il faut prendre en compte les intérêts des enfants. Effectivement, ces derniers sont souvent les premières victimes des conflits familiaux et doivent être placés au cœur du processus de médiation.

Il est primordial que les parents comprennent que leurs disputes peuvent avoir un impact significatif sur le bien-être émotionnel et psychologique de leurs enfants. C’est pourquoi il faut veiller à ce que les discussions se déroulent dans un climat serein et respectueux.

La médiation familiale offre un espace sécurisé où chaque membre peut exprimer ses besoins et ses préoccupations concernant les enfants. Les parents sont encouragés à écouter activement l’autre partie afin d’identifier ensemble des solutions qui répondent aux intérêts supérieurs de leur progéniture.

Le rôle du médiateur consiste notamment à rappeler régulièrement aux parents qu’ils doivent privilégier l’intérêt des enfants avant toute autre considération personnelle ou émotionnelle. Il s’agit là d’un point clé pour parvenir à une entente durable et bénéfique pour tous.

Il peut être utile d’envisager la participation directe des enfants dans le processus de médiation. Dans certains cas, cela peut contribuer à renforcer leur sentiment d’appartenance et leur permettre d’exprimer librement leurs propres souhaits quant aux arrangements futurs.

Cette décision doit être prise avec prudence, en tenant compte de l’âge et du niveau de maturité des enfants concernés. Le médiateur joue ici encore un rôle crucial en guidant les parents vers la meilleure approche à adopter.

La prise en compte des intérêts des enfants dans le cadre de la médiation familiale est un aspect fondamental à ne pas négliger. Cette démarche permet aux parents de construire ensemble des solutions adaptées et respectueuses du bien-être et du développement de leurs enfants.